1. Reuilly – Diderot

– La chute du Cavalier d’épée –
Froisse un dernier papier, de rage et sors de ta baleine. Non ça ne viendra pas, ce texte ne sort pas, tu ne sais plus quoi dire. La rage, envers toi-même bien sûr, il n’y a que celle-ci qui existe. Tu ne sais plus comment formuler, comme si tous tes mots s’étaient perdus ou travestis avant d’atteindre des oreilles.
Bien sûr qu’on ne peut pas sauver tous le monde, bien sûr qu’il y a aussi le silence à laisser pour faire naître les responsabilités, bien sûr qu’il te manque toujours la patience.
Les prophéties, tu les connais trop bien. Cesse de reposer toujours les mêmes questions. Que veux-tu ? T’assurer que les réponses ne changent pas ? Qu’il n’y a qu’à attendre et mûrir. Ces mots te font mal. Qu’attendre encore, que comprendre, encore ? Les défis ne vont-ils pas cesser à la fin ? Cesse ta colère, elle est vaine et te fatigue toi-même. Tu sais bien ce que tu évites de regarder au centre de toi-même. Cesse à la fin, tu as prié pour que tout aille bien, pourquoi demander si tout s’est bien passé ? Prêcheur sans foi, prophète sans confiance en lui, mage cartésien. Brise le miroir, à la fin, tu ne t’y vois pas, tu ne fais que te flageller.
Et sors de ta baleine. La lumière du jour, qui fait si mal que tu la refuses, s’ajoute à l’amertume du temps perdu. Pourquoi avoir tant tergiversé, tant digressé, avant de constater la vérité brutale : rien n’oblige à être triste. Pis encore, l’intégralité des valeurs défendues encourage, si ce n’est oblige, à être heureux.
Chercher à faire naître l’allégresse dans chaque compagnon de route, et négliger son propre cœur ? Cela ne se conçoit pas, pourtant c’était ainsi. Combattre avec la certitude d’apprendre et ressortir vainqueur d’une manière ou d’une autre, mais ne pas tenir l’espérance avec un sourire ? Cela ne se conçoit pas, pourtant c’était ainsi. Annoncer, proclamer, certifier des miracles, sans y croire soi-même vraiment ? Cela ne se conçoit pas, pourtant c’était ainsi.
Mais maintenant tu es sorti de ta baleine, il va falloir te secouer encore un peu. Certes, la vérité nue, tu l’as toujours dévisagée. La mort, tu l’as toujours vue sur la route, dans le coin de ton regard. Pourtant il a fallu que tu pousses le sacrifice jusqu’au bout, pour renaître, encore une fois, tu n’avais pas compris la première ? Si compris, tu avais compris, mais tu ne l’avais pas traversé. Donc, toucher le plus obscur, te dire « Merde, je vois bien où on va et ce n’est pas ce que je me suis promis, ce n’est pas ce que j’ai promis. » Et d’un coup te souvenir que, oui, tout a débuté par une promesse et un choix, qui impliquait plus que ce que tu croyais : vivre n’est pas simple, pas suffisant. Concept trop complexe, tu t’étais égaré à le voir en combat linéaire.
Sortir de ta nuit, radicalement. La baleine n’est qu’une nuit choisie par sacrifice, une possibilité de salut offerte pour toi-même, à la fin. Te convertir à la joie. Tu es terrifié. Bien sûr que tu l’es. Tu as toujours vécu sans avoir rien à perdre, maintenant tu pourrais tomber. Mais tu es déjà au sol. À genoux devant tant de clarté, tant de liberté, tant de souffle nouveau qui entre en ton être. Tant d’amour. Par chance, ton orgueil te revient en un étrange mouvement : tu n’as jamais eu peur de rien, ni danger, ni mort, ni maître. Tu ne vas tout de même pas craindre la lumière !
Rire, rire et embrasser, rire et danser, rire et se jeter dans le vide de l’inconnu, pour le meilleur, enfin.
Publicités

10 réflexions sur “1. Reuilly – Diderot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.