3. Europe

Ça fait trois nuits maintenant.

Ça a commencé comme la première fois, par une grande salle au mur de bois, moi prête à monter sur scène, et l’annonce qui tombe. Je ne sais toujours pas quoi dire de ce qui me saisit à ce moment-là. Ce n’est pas de la surprise. Quelque chose au fond de nous l’avait pressenti et était déjà dans le déni, j’en suis convaincue. C’était mon cas, du moins. Mais parfois les mots sauvent et là, cette alarme sonnée, ce regroupement loin du chahut… Nous avons pu être sidérés ensemble. Je referme encore les yeux et la scène recommence, je n’irai pas plus loin que ce silence d’après, pour cette nuit.

Le premier jour, comme le destin est facétieux, il a fallu que mon rendez-vous se déroule à cet endroit, celui où nous avions mangé la dernière fois. Celui où tu m’avais dit à quel point il était capital de savoir s’entourer des bonnes personnes, d’amis fiables, et pas des autres. Si tu savais à quel point j’ai l’impression d’avoir failli à cette promesse que je te faisais d’être là…

La seconde nuit, c’est le retour au réel qui ressurgit. Puisque j’étais sortie de mon être, comme toujours quand les émotions sont trop fortes. Je ne les comprends pas, je rends les armes et leur laisse la place. Ma conscience s’évanouit, en quelque sorte, bien que mon corps reste debout. Comme d’habitude c’est Lazare, qui depuis tout ce temps refuse encore d’admettre à quel point il m’a sauvé. Lazare, ses bras, ses mots imbécilement plats, mais tellement, tellement, salutaires. Il n’y avait rien d’autre à dire, seulement constater et me dire en face, m’obliger à réaliser que cette pierre au fond de ma gorge se nommait tristesse.

Le deuxième jour, comme les hasards sont ce qu’ils sont, c’est lui qui m’écrit pour simplement me témoigner son affection. Se souvient-il que la date approche? Je l’avais oublié, je ne l’ai compris qu’à ce moment. Ça fera trois ans, demain.

La troisième nuit, je refuse de dormir, ça va à la fin, j’en ai assez de souffrir dans le vide. De ces images qui reviennent. Je sais bien tout ce dont je me blâme, de ne pas avoir été assez là pour qui conque, de ne pas avoir trouvé les mots, de me suspecter parfois de me servir de ces souvenirs. Mais cette énorme boule dans la gorge à chaque fois que j’évoque ton nom, n’est-ce pas toujours de la tristesse? Et pourquoi aurais-je dû être absolument irréprochable? N’avons-nous pas, en réalité, tous endossé notre part de responsabilité? Porter en héritage une drôle de pudeur des souvenirs et un étalement des sentiments? Ne sommes-nous pas devenus plus qu’amis après cela? N’aurais-je pas le droit d’être un peu égoïste quant à ma douleur, et moi aussi la verbaliser? Personne ne me demande d’être impassible, tous ont déjà de la compassion.

Je nettoie mon appartement, de fond en comble. C’est symbolique, n’est-ce pas? Oui, j’en vois l’ironie… Quentin m’aide, parce que son dynamisme va toujours de l’avant, sa franchise est une arme et son organisation toujours exemplaire. Je lui ai dit, déjà, qu’il est le grand frère dont je rêve. Nous entendons un bruit étrange. Osip, ce sombre idiot, celui que j’aurais dû rayer de mon existence depuis longtemps, à défaut de le tuer, tente de forcer ma porte à la perceuse. J’ouvre, il me regarde interloqué, je n’étais pas censée être là. Je lui lance un direct du droit et referme la porte.

_

Ailleurs sur la ligne 3 :
Porte de Champerret
Pereire
Wagram
Malesherbes
Villiers
Europe
Quatre Septembre
Bourse
Sentier
Temple
République
Parmentier
Rue Saint-Maur
Père Lachaise
Porte de Bagnolet
Ou changez de ligne :
1234567891011121314
Publicités

4 réflexions sur “3. Europe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.