Hamlet ou l’exil

Hamlet ou l’exil est disponible à la commande partout où on trouve des livres ! 😊


Résumé

J’ai le plaisir de vous présenter Hamlet ou l’exil. Ce récit, à mi-chemin entre le roman et le théâtre, est composé comme un journal intime.
Je pars du postulat selon lequel Hamlet aurait été rejeté de la mort et hanterait des auteurs depuis lors. Le dernier en date serait, donc, la narratrice, Irynia, jeune émigrée bosnienne se confrontant à l’absence de rattachement culturel à son pays d’origine qu’elle a quitté enfant lors de la guerre, ainsi qu’à la perte de son père.

L’ouvrage est son journal intime. Jeune immigrée yougoslave, traductrice-interprète à Paris, sa vie bascule le jour où elle rencontre Hamlet, le véritable Hamlet, celui de Shakespeare et de tous les autres. Une aventure humaine se déroule alors entre ces deux êtres qui portent un regard différent sur le deuil, l’exil et le temps. Irynia rêve-t-elle ? Imagine-t-elle tout cela pour se donner le courage de vivre et d’écrire ? Ou Hamlet existe-t-il bel et bien et l’a-t-il choisie pour narrer à nouveau son histoire, faisant d’elle l’héritière d’une longue lignée de poètes et dramaturges ?

Les deux personnages vont traverser ensemble les étapes du deuil et du retour à la vie après les diverses épreuves de leurs existences respectives. Il peut ainsi être lu comme un cheminement philosophique et introspectif assez universel sur les questions d’identité, de mémoire et d’appartenance.


Avis

Zélie : « Un roman d’une rare finesse autour du thème de l’éternité et l’exil. Je recommande ! »

Aelitshu : « Des dialogues profonds, une écriture douce et poétique m’ont fait passer un bon moment avec ce livre. J’ai apprécié de voir les réflexions de Hamlet sur notre société, lui qui est passé à travers les âges. Une belle histoire, qui sort de l’ordinaire et qui pousse à la réflexion. »

Au sentier écorché : « Un récit très bien écrit, une plume complexe, celle d’une jeune autrice dont le travail n’est pas assez connu. »

Quatrième de couverture : « Ce court roman présenté comme étant le journal intime de la narratrice est proche du théâtre tant les dialogues abondent. Il y a du Beckett chez cette auteure dans la forme et le rythme. Il y a aussi du Bergman dans l’ ambiance. Un roman très intéressant qui invite à la réflexion. Une jeune auteure à découvrir sans plus attendre. »

La pause lecture : « J’ai adoré ce roman ! du début à la fin je l’ai dévoré. Cette histoire d’amour entre ces deux personnages m’a transporté et ces moments du récit plus poétique m’ont fait rêver. Je suis très contente d’avoir pu lire cet ouvrage très émouvant mais très bien écrit. »

Black poulpy : « Ce roman est un condensé d’espoir, de mort, d’amour et surtout de VIE. La relation entre Irynia et Hamlet est tellement déconcertante et envoûtante à la fois. Je me suis perdue entre le rêve et la réalité 🤗 Des sujets graves et importants sont abordés avec beaucoup de justesse. La guerre, l’immigration, l’identité (culturelle aussi) et la reconstruction de soi-même. J’ai été percutée par l’écriture de l’autrice qui est poétique, très riche, douce mais qui peut aussi nous hurler ses émotions. Une écriture qui a des tripes, j’adore 🥰 J’ai aimé vivre avec Irynia son combat et la guérison de son âme. »

Koala bouquine : « On retrouve de nombreux sujets à travers ces échanges : condition humaine, l’existence, le mal-vivre, l’aventure de l’exil, la mort, l’identité, la force de vie… ce qui donne un côté philosophique au roman. »

Meggy books : « Livre riche en émotions, j’ai adoré connaître les blessures des personnages principaux et de voir comment ils font pour se reconstruire. Le fait que le livre soit tourné comme un journal intime fait qu’on se plonge encore plus dans la lecture ! J’ai vraiment adoré, parfait mélange entre théâtre et roman ! »

Lili téraire en parle en vidéo !

L’instant des lecteurs : « Les Loulous, c’est beau, si vous saviez ! C’est comme une découverte douce et âpre à la fois. Au départ, c’est surprenant et puis, on commence à apprécier, se questionner, se pousser dans nos retranchements et on se prend au jeu de vouloir partager avec les personnages. »